Chapitre 4

Publié le par Thao-sy

Volutes de fer. L’agence 2L est une sorte de serre victorienne où l’on cultive de jolies plantes, des jolies brindilles. C’est une agence de mannequins comme il y a tant d’autres à Paris, à Milan, à Manhattan. Les locaux se trouvent dans un immeuble Haussmannien. La construction massive avec ses pierres de taille me réconforte autant que l’épaule solide d’un homme. Je m’y sens protégée et aimée. Cet immeuble impressionnant se trouve presque en face de l’ancien hôtel particulier de la courtisane, la célèbre espionne, la marquise de Païva. La comparaison est peut-être facile, mais vendre ses charmes à un prix excessif au dix-neuvième siècle est semblable à notre métier. Notre corps est tarifé. Un Top model ne serait qu’une courtisane actualisée avec une « néo-sexualité ».

 

 

Nous avons également notre lot d’intrigues, de scandales.

 

 

Formule magique pour faire mon job : rêve, régime et lumière !

 

 

En effet, le patronyme des filles doit favoriser l’évasion. Même si l’on a tous les atouts physiques pour devenir une fille demandée, les prénoms Gertrude, Yvette ou encore Claudine sont à bannir. Un top model doit s’appeler Claudia, Stella ou Fleur. Les parents doivent donc choisir le prénom de leurs progénitures avec rigueur. Sur le physique, la mode dicte sa période de brunes pulpeuses ou de blondes fatales. Intemporelle, l’extrême minceur, qui bizarrement pourrait s’apparenter à un signe de mauvaise alimentation, donc de maladie et de danger, apparaît dans le monde de la mode comme le summum de la beauté féminine. Morbide. Visuellement, le mur tapissé de photos des composites évoque à s’y méprendre celui d’un cimetière surpeuplé de Hong Kong ! D’ailleurs, par leur brièveté, les renseignements des fiches ressemblent à des inscriptions sur les pierres tombales : prénom, nom, âge et mensurations… Enfin, une fille doit être photogénique, capter la lumière et la renvoyer. Science complexe où personne n’a encore compris le mécanisme. Tu l’as ou tu ne l’as pas.

 

 

Quant à moi, je suis hors mode, c’est d’ailleurs ce qui caractérise mon physique. Je suis de taille moyenne. En tout cas, malgré les talons vertigineux de mes chaussures, je ressemble à une naine quand je suis à côté des autres filles de l’agence. Du joujou qu’on manipule, on est relégué aux réserves dès vingt-cinq ans. La concurrence est rude, les filles de quatorze à quinze ans, près pubères, pointent leur nez. Que faire face à ça ? Je ne veux pas finir comme ces filles qui se momifient le visage par des injections de Botox et de fils d’or. Tout ça pour terminer bonne à vendre les mérites d’une crème anti-rides ou à poser pour des photos minables d’un catalogue de vente par correspondance. Là, je ne parle évidemment pas des photos de Dominique Isserman pour la Redoute, qui sont superbes.

 

 

Je pense concrètement à une reconversion plus honorable. Comédienne, je ne serai pas comme Charlize Theron. J’ai d’autres pistes en vue : je vais commencer une nouvelle carrière dans la poésie. J’ambitionne d’écrire un recueil imprégné d’amour, mais dans un style très éloigné des bluettes qu’on m’imagine capable d’écrire. Je parlerai de rupture, d’amour infidèle, de bonheur non partagé. J’ai la certitude que ce sera un succès, que toutes les femmes pleureront en lisant mon bouquin. Évidemment, ma future oeuvre et mes vers vont paraître bien mineurs pour toute personne qui viendra de lire le livre Toi et Moi de Paul Géraldy. En gardant le bon rythme, je souhaiterai devenir un troubadour moderne en chantant mes vers, comme le fait si bien Carla Bruni. Qu’importe si j’ai une petite voix, le plus important est que j’arrive à faire passer mes émotions à travers la musique. Cette reconversion reste encore confidentielle. Quelles réactions vont avoir mes proches ?

 

 

J’arrive à peine à l’agence qu’Eva, ma bookeuse m’assaille de phrases, de mots :

 

 

« Mon amour, dès ce soir, à une heure du matin, Fleur, tu dois faire un édito pour Elle. Lieu de rendez-vous, le pont des Arts près du Louvre. C’est trop top dingue… Lundi, c’est formidable, tu dois faire une série mode avec Mondino. Mardi à 9 h 30, casting pour Chanel et 11 heures …. Mais, pour aujourd’hui, on a juste le temps d’aller dîner. Le restaurant XXS t’invite. Il y aura Adam, le mannequin qui doit faire les photos de ce soir avec toi. »

 

 

Sans répondre, j’observe avec admiration Eva, et me dis :

 

 

Eva pourrait être la définition exacte de la femme idéale aux yeux des hommes : belle, intelligente, drôle et surtout docile. Mais, le seul petit hic c’est qu’elle est née garçon et qu’elle est devenue femme à sa majorité. Les messieurs sont souvent séduits par sa beauté mais dès qu’ils apprennent ce changement, qui en somme pourrait paraître minime, ils prennent la fuite. Résignée, « ille » a décidé de rester célibataire toute sa vie et donner son trop plein d’amour à ses amis. C’est tant mieux pour moi, car je fais partie de ses proches. Femme caméléon, j’ai besoin de son énergie pour faire mon travail, pour survivre.

 

 

Elle, de son côté, doit s’imaginer qu’en me fréquentant, elle se féminise, que cela s’attrape comme une mauvaise grippe. Les hormones lui jouent des tours.

 

 

À force de vouloir que son côté mâle disparaisse de sa vie, elle voit tout sa être en sens dessus dessous.

 

 

Elle rêve, elle parle de son sexe, de son clitoris. Elle ne veut pas admettre qu’elle ne sera jamais complètement femme. Au mieux elle n’aura qu’un sexe masculin mutilé. Femme que d’apparence, elle n’enfantera jamais. Pas besoin de violer toute cette intimité pour le comprendre. Malgré les épilations à la cire, au laser, sa bise matinale me pique le visage, un ou deux poils rebelles sans aucun doute demandent du secours en marquant ce visage si soigneusement maquillé.

Son seul but est de se défoncer au travail pour un salaire misérable de 1500 euros. Vieille, elle n’entendra pas : « regarde cette mémé qui donne à manger aux pigeons. Comme elle est mignonne ». Elle devinera les passants disant, à propos d’elle, avec un air moqueur : « pauvre vieux, il a perdu la tête. Il est sorti de chez lui en mettant des vêtements de sa femme qui est certainement morte. Appelez la police. Faites quelque chose ».

 

 

Je me sers d’elle, elle anime un peu mon existence de la semaine, entre deux rendez-vous. Eva m’organise des soirées, des sorties. Je lui demande :

 

 

- Qui d’autre y sera ?

 

 

- Ton meilleur ami Howard, votre amie Victoire, Christophe et peut-être sa femme Noëlle.

 

 

- En clair, il y aura tous mes amis de Paris !!

 

 

- Oui, c’est bien ça…

 

 

- C’est une fête surprise ?

- Non, plus maintenant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article